• Joannie Chassé

L'improbable mort d'un arbre

Il m'a montré son char et les déchirures de la tôle. C'était bien plus impressionant en photo, mais lui dit que c'était peut-être juste l'angle ou la lumière qui a donné cet effet-là. L'arbre s'était de toute évidence déraciné sous la force du vent et avait terminé sa chute sur l'auto juste au-dessous. Comme on dit, y'a été chanceux, à bonne place au bon moment, il partait pas pour la job avant un 10 minutes qu'il a entendu de le crashhhhh.


J'sais pas trop comment ça peut déchirer, de la tôle de même, mais j'imagine avoir été en dedans pendant la chute. L'impact du tronc sur le toit, au-dessus de moi, le chatouillement des branches sur l'asphalte, y'a des grands bras cet arbre-là. L'étouffement sous la carcasse d'une voiture faite en guimauve, fondant sous le feu produit par l'improbable mort d'un arbre.


J'accroche quelques mots au passage sur le bord du trottoir, on laisse des témoignages de notre vie à bord de son habitacle, à rouler la nuit juste parce que, à dessiner sur les portières pourquoi pas.


Libre. Jeune. Évasion. Temps. Été. Fumée.


Il reprend ses clés qu'il avait laissées dans les escaliers. Hier, c'était sa dernière run de passager clandestin, il savait juste pas que son voyage avait une fin. À demi assis/recroquevillé sur ce qu'il reste encore d'espace entre le banc du conducteur et la tôle déchirée, c'est d'un fist bump bien senti sur le volant qu'il salue sa chum de route.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now