• Joannie Chassé

Quand je pense à écrire, j'angoisse. C'est automatique. Un mécanisme savamment développé dans mon inconscient s'active et se porte à ma défense. Ne pas écrire, ne pas dire, ne pas se laisser prendre. Succomber à l'envie d'écrire, ce serait comme donner une parole à ce qui m'habite, en courant le risque de ne pas être entendue. Ne pas écrire, c'est tout autant donner raison à cette angoisse qu'abdiquer devant l'effort. Ça me fait sentir lâche.


Habitée par les mots, ils sont toujours avec moi. Ils sont là, je les vois bien clairement. Ils sont définis, ont un sens, une texture, une profondeur. Ils défilent, glissent et s'incrustent dans ma tête. Quand je ferme les yeux, je les observe. Le monde a une dimension littéraire visiblement présente, suffit de savoir où regarder. Pour écrire, il me faut ignorer cette voix intérieure qui me fait croire que je ne serai jamais à la hauteur. Les mots sont là, et j'ai besoin de vous partager le sens qu'ils ont pour moi. Dans le désordre ou bien réglés, les textes qui se retrouveront ici seront en quelque sorte une tentative de vous communiquer ces agencements de mots qui grouillent da ma tête et qui façonnent mon quotidien.


Je m'appelle Joannie Chassé.


Dans ma tête c'est la chamaille, mais j'écris.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now