• Joannie Chassé

Je termine tout juste la première semaine de travail depuis le lancement de mon site internet, de ma page Facebook et Instagram. J'ai mis un bon nombre d'heures à répertorier les sources de contenu, contacter les différents intervenants culturels de la région, et à faire de l'ordre dans les mois à venir.


Je suis agréablement surprise de la diversité et des multiples choix qui se présentent à nous quant aux événements artistiques qui se déroulent dans les Laurentides, et je compte vous présenter à tous les mois un aperçu détaillé de mes recommandations, en lien avec le calendrier sommaire présenté sur ma page d'accueil.

Exposition Gonzo Meza - 54 soleils

Bibliothèque de Saint-Hippolyte


J'ai choisi cet événement parce que je trouvais rafraîchissant de pouvoir aller visiter l'exposition d'un illustrateur. Je suis d'avis qu'il manque de tribunes pour les illustrateurs talentueux, surtout en région. Arrivé au Québec en 2009, Meza porte avec lui une carrière reconnue dans son pays natal, ayant dessiné pour le journal El Siglo dès l'âge de 11 ans. En 2010, il obtient un Prix honorifique du ministère de l’Immigration pour une exposition au Musée des Maîtres et Artisans du Québec à Montréal, et multiplie depuis les expositions et les reconnaissances pour son art.


Jeudis ChaCha - Jeffrey Piton

28 nov. 20h00, Bar le Cha-Cha, Sainte-Thérèse


Jeffrey Piton,auteur-compositeur-interprète montréalais, a lancé son album Blind le jour de mes 30 ans, le 3 mai dernier. Je ne sais pas si c'est ce détail qui m'attire à m'intéresser au travail de cet artiste, mais c'est définitivement la musique et les textes de Blind qui me donnent hâte de le voir live. Depuis son album La Transition paru en 2015, il nous offre maintenant un album majoritaitement en anglais, et je dois avouer que j'affectionne particulièrement la pièce Blind...je vous reparle de sa prestation aux Jeudis ChaCha à la fin novembre!

Le Grand Gala du Court

30 novembre 20h00, Bistro le Mouton Noir, Val-David


Ne vous laissez pas tromper par l'affiche, l'événement est bel et bien le 30 novembre à 20h00 au Bistro le Mouton Noir de Val-David. Présenté par le Funky Art Cartel et les Productions de la Bergerie, cet événement est l'issue d'un coucours de courts-métrages amateurs, lancé l'été dernier par les organisateurs. Trois ateliers de soutien ont ensuite été offerts aux participants durant la saison estivale, et c'est au cours de cette soirée de projection que nous serons présentés les fruits de leur dur labeur. Une belle occasion d'encourager les créateurs émergents de la région!


Vernissage triple au Musée d'art contemporain des Laurentides

1er décembre 14h00, MACLau, St-Jérôme


Ce sera l'occasion de célébrer un vernissage triple lors de cet après-midi du 1er décembre: les oeuvres des artistes Luanne Martineau, Anna Hawkins et François Lacasse seront exposées au Musée d'art contemporain des Laurentides de St-Jérôme. Ce n'est pas tout! Le Musée profite également de l'occasion afin d'inaugurer leur nouvel espace d'exposition se trouvant au Tréâtre Gilles-Vigneault. 4 événements en 1, ça vaut certainement le détour!

  • Joannie Chassé

Il m'a montré son char et les déchirures de la tôle. C'était bien plus impressionant en photo, mais lui dit que c'était peut-être juste l'angle ou la lumière qui a donné cet effet-là. L'arbre s'était de toute évidence déraciné sous la force du vent et avait terminé sa chute sur l'auto juste au-dessous. Comme on dit, y'a été chanceux, à bonne place au bon moment, il partait pas pour la job avant un 10 minutes qu'il a entendu de le crashhhhh.


J'sais pas trop comment ça peut déchirer, de la tôle de même, mais j'imagine avoir été en dedans pendant la chute. L'impact du tronc sur le toit, au-dessus de moi, le chatouillement des branches sur l'asphalte, y'a des grands bras cet arbre-là. L'étouffement sous la carcasse d'une voiture faite en guimauve, fondant sous le feu produit par l'improbable mort d'un arbre.


J'accroche quelques mots au passage sur le bord du trottoir, on laisse des témoignages de notre vie à bord de son habitacle, à rouler la nuit juste parce que, à dessiner sur les portières pourquoi pas.


Libre. Jeune. Évasion. Temps. Été. Fumée.


Il reprend ses clés qu'il avait laissées dans les escaliers. Hier, c'était sa dernière run de passager clandestin, il savait juste pas que son voyage avait une fin. À demi assis/recroquevillé sur ce qu'il reste encore d'espace entre le banc du conducteur et la tôle déchirée, c'est d'un fist bump bien senti sur le volant qu'il salue sa chum de route.

  • Joannie Chassé

Salut Nelly,


Tu me pardonneras mes égarements, mais je ne suis pas capable de te prendre autrement que par petites bouchées: tes mots sont lourds et pèsent sur ma vie de femme prévilégiée. J'aspire à les comprendre, à leur donner vie, à rendre justesse à ces idées que tu n'as même pas cherché à cacher, qui sont juste là, dans tes écrits, déposées pour être vues, pour être lues.


Je te bois à petites lampées, parce que ces paroles auxquelles je m'abreuve ont l'effet d'un alcool que j'ai avalé de travers, son effet se fait sentir en moi, chaud, agréable, malgré qu'il me brûle l'oesophage et me coupe le souffle.


Karine Rosso t'a adressé une maginifique lettre d'amour* qui m'a tout simplement bouleversée. Intime à sa propre expérience avec tes textes, son témoignage en est tout de même un collectif. À travers ses mots, j'ai su reconnaître la même Nelly que je découvre aujourd'hui, des années trop tard. Est-ce cela qui a contribué à bâtir ce mal-être chez toi, qui t'a finalement menée à vouloir en finir? Si tes mots avaient été entendus plus tôt, si nous t'avions tous reconnue avant, si tu avais senti tout le soutien des femmes derrière toi dans ta chute, l'aurais-tu évitée?

Comme elle, je m'adresse à toi comme si je te connaissais. C'est sans doute parce que se dégage de tes textes une humanité désarmante à laquelle il me serait impossible de rester indifférente. En te lisant, je suis certaine, tu as inspiré une multitude de femmes à faire de même, à écrire aux devants de ses complexes et de la violence du quotidien.


Vulnérable, j'écris, moi aussi, et je t'imagine lire au dessus de mon épaule, prendre en toi tout l'amour que tu aurais mérité de ton vivant.


*Cette lettre se trouve ici, lue par Karine Rosso à On dira ce qu'on voudra le 24 septembre dernier : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/on-dira-ce-qu-on-voudra/segments/chronique/135415/nelly-arcand-karine-rosso

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now